Qu'est-ce que le vin naturel?

Le vin naturel est le produit d'une vigne et d'un vigneron qui a cerné la personnalité de sa vigne, en est passionné, de ce fait a le souci d'exalter cette personnalité ou typicité (terroir) en soumettant la nature à des principes déterminés par lui-même, en un long cheminement fait de tâtonnements et d'expériences.

Le vin naturel résulte à la fois d'une vigne domptée, cultivée dans le respect des caractères du terroir et d'une vinification stylée conduite selon une méthode. On peut dire que le vigneron de vin naturel est un façonnier qui travaille sa vigne comme un luthier travaille son bois en vue de tirer l'instrument qu'il fabrique un son d'une extrême qualité. Légitimement le vin naturel peut porter la signature du terroir et du vigneron cette double signature est garante d'authenticité. Le vin est devenu l'un des miroirs accusateurs de notre époque, on ne peut désormais se contenter de déguster des vins en ignorant le monde qui nous entoure et la conscience du monde nous fait apprécier le vin avec plus d'acuité. Cette expression "vin naturel» recouvre bien d'avantage que la reconnaissance du vin en soi, séparé de son environnement. Le goût et le vin fallait-il en faire l'objet d'une revendication, d’une cause, d’une résistance, ou d'une guerre ? Peut-être tout cela à la fois mais surtout en faire une affirmation de soi sans méditation, parler en son nom, défendre son point de vue, afin de trouver un sens communicable sans exclure personne.

Le vin est l'expression du vigneron, le vin lui ressemble, l’un et l'autre s'entremêlent, créent une unité. Bien plus que dans une appellation le vigneron affirme son nom. Devrait-on s'étonner alors qu'un vigneron transcende un terroir ? Nous sommes là très loin des standards de l'œnologie correcte qui prédétermine les vins, fabrique des vins identiques à eux-mêmes, qui ne bougent plus, sans défauts, ennuyeux, sans surprises, clarifiés, filtrés, sans âmes, propre en ordre comme on dirait en Suisse. Au contraire, les vins naturels nous ramènent constamment au processus, ils n'arrêtent jamais de se faire. D’évoluer, mais il faut savoir les boire, les apprivoiser. Un vin naturel n'est jamais facile, il ne s'avale pas comme ça l'amateur doit apprendre "La Différence" Un réel mouvement existe, à travers La France, l'Italie, L'Allemagne, l'Espagne, la Slovénie... Des vignerons de toutes les régions se rencontrent, discutent, dégustent, s'entraident, la communication entre eux prend toute les formes possibles et le débat est permanent, les discussions sans fin. Pour chacun d'entre eux un seul objectif : chercher la qualité, s'améliorer, se perfectionner pour faire mieux comprendre, mieux expliquer sa démarche, son millésime.

Ces vignerons sont des hommes bons, les plus mûrs ont creusé un sillon alternatif au progrès productiviste. Les plus jeunes défrichent un terrain stérilisé par des décennies de chimie. En marge d'une viticulture qui berce le consommateur sous une façade bucolique, ils disent ce qu'ils font et font ce qu'ils disent. En face d'une politique qui les veut plus gros et plus contrôlables, ils se font petits et autonomes. En conflit avec les banques qui ne misent pas un € sur l'engagement écologique, ils bataillent constamment. Ils sont souvent bio parce que c'est le chemin du bon, parfois sans soufre parce que ce peut en être l'issue. Quelquefois biodynamistes parce que la dégustation leur en ouvre l'appétit, la tendance actuelle les cataloguera "nature" sans avoir préalablement défini les règles du jeu.

Si le cahier des charges interdit les levures de vinification en sachet et limite les doses de sulfite au minimum digestible alors les voilà estampillés. Mais l'étiquette ne fait pas le moine, si on les cherche c'est la qu'on les trouvera ils vendangent manuellement quand le coût de la main d'œuvre a fait plier l'immense majorité du pays, ils labourent, piochent quand la France s'affiche premier consommateur européen de pesticides. Les vins proposés en général au consommateur sont vinifiés à l'aide d'un nombre impressionnant de produits chimiques de synthèse et sont donc le résultat d'une élaboration artificielle, reposant sur un système commercial qui favorise la quantité et non la qualité. A partir de ce constat, vous ne boirez plus jamais comme avant ... !